HALTE AUX DÉPÔTS SAUVAGES, OUI AU CIVISME

HALTE AUX DÉPÔTS SAUVAGES, OUI AU CIVISME

Ces derniers jours, plusieurs dépôts sauvages importants ont été constatés, à Bollène, à Lapalud, à Mondragon ou à Mornas, aux abords des colonnes de tri, sur la voie publique ou même en pleine nature.

Il s’agit là d’actes délictueux qui doivent être réprimés. Sacs poubelles entassés, déchets en vrac au sol ou encombrants, ces dépôts sont une nuisance visuelle ; ils génèrent surtout de l’insalubrité publique.

C’est aussi un travail supplémentaire pour les équipes techniques, déjà largement sollicitées pendant cette période de crise sanitaire.

L'interco en appelle donc fermement au sens civique de chacun : le travail de ces agents doit être respecté et nous refuse que l’acte malveillant de quelques-uns leur fasse courir le moindre risque.

Les contrevenants doivent savoir que les forces de gendarmerie comme les mairies ont toutes latitude pour appliquer les sanctions prévues, qui vont des amendes jusqu’aux poursuites pénales.

Pour rappel, le service de collecte des ordures ménagères reste inchangé sur le territoire, de même que la collecte du tri sélectif (colonnes de tri) et la collecte des cartons chez les commerçants de 1ère nécessité.
L’accès aux déchetteries est fermé aux particuliers, conformément aux recommandations de la Préfecture (la déchetterie de Bollène restant ouverte en semaine aux professionnels).
En cette période propice à l’entretien des jardins ou au bricolage, il est donc demandé à chacun de conserver chez soi les déchets verts (pensons compostage !), bois et autres déchets destinés à la déchetterie.
En aucun cas les dépôts sauvages ne sont une solution : en monopolisant des agents techniques, ils aggravent au contraire le problème d’effectifs déjà réduits.
C’est au prix du respect des bonnes règles du civisme que nous pourrons préserver la continuité du service public de collecte des déchets.